Bonaire, History, Salt, People and Water, Naufrages, Voyages and Bulletin Universel, 1809-1829

1/Abstract from Bulletin Universel des sciences et de l’industrie. 6, 1829. By Société pour la propagation des connaissances géographiques et industrielles, Paris. 2/Georges-Bernard Depping, 1812.

…”Bonaire, située au-dessus du vent et servant de point de relâche, est mieux connue des marins qui vont à Curaçao; la traversée de Curaçao à Bonaire est de 24 heures, lorsque les vents se joignent au courant pour contrarier la navigation; la traversée en sens inverse dure à peine 8 heures.

L’aspect de la baie de Bonaire, où relâchent les bâtimens, est assez triste; au milieu de quelques chaumières dispersées, on aperçoit un petit fort avec 4 canons et surmonté du pavillon des Pays-Bas. Tandis que la baie de Curaçao, même dans ce temps de la décadence du commerce, renferme presque toujours 60 à 70 bâtimens de diverses nations, on ne voit dans celle de Bonaire que quelques bateaux de pêche…

À Bonaire, les côtes sont désertes; point d’arbres fruitiers, point de digues; le cactus a envahi les terrains propres à la culture. Ce végétal qui n’est d’ailleurs qu’un buisson, atteint à Bonaire une hauteur de 40 pieds, et pousse ses longs rameaux épineux de tous les côtés; les perroquets y trouvent un asile contre leurs ennemis; car les blessures causées par les épines de cactus sont très dangereuses, et souvent mortelles. Cependant les cabris et les vaches mangent volontiers de cette plante: il y en a même une espèce que les nègres réduisent en bouillie pour s’en nourrir.

Les cabanes de la baie sont habitées par une race d’hommes provenant du mélange des Indiens et des Nègres; la race indigène s’est éteinte. Ces habitants cultivent du petit maîs, et quelques-uns ont des chèvres. Dans les grandes sècheresses, ils risquent de mourrir de faim; aussi le gouvernement a pris le parti de les employer à couper du bois de Brésil et de les payer en grains.

la côte orientale est hérissée de rochers et d’écueils, et presque chaque année quelque navire y fait naufrage. la partie la plus fertile de l’île est l’ouest; on y trouve la vallée de Rincon, où le gouvernement entretient une plantation cultivée par des esclaves…

Abstract from Collection abrégée des voyages anciens et modernes autour du monde, 1809. By Fr. Bancarel

…”Buenaire a de seize à dix-sept lieues de tour; une baie assez profonde, où le fond est très dur. Elle a un gouverneur, sept ou huit soldats et cinq à six familles d’Indiens: les soldats y mangent et dorment en temps de paix; les indiens y plantent du maîs et du blé de Guinée, des yams et des patates; ils y nourrissent souvent du bétail; il ya des chevaux, des taureaux, des vaches et des grands troupeaux de chèvres.

Au Midi, elle est base et couverte d’arbres: près des maisons est une fontaine, dont l’eau est un peu salée: au couchant est une autre fontaine d’une eau très douce, et près de là sont quelque huttes d’Indiens. Au midi est un marais où les Hollandais font beaucoup de sel”…

©2012 Olivier Douvry/GlobeDivers

About these ads

Tagged as: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Categorised in: 2012, Artifacts, Bonaire, Library, Maps and Charts, News, People, Shipwrecks of Bonaire, South-SE

Please, leave a reply.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

©2014 Olivier Douvry/GlobeDivers
Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 119 other followers

%d bloggers like this: